TRYP Madrid Atocha Hotel **** -   Madrid

  • Réservations
    • Allemagne 01802 12 17 23
    • Royaume-Uni 0808 234 1953
    • France 0800 919 130
    • Italie 800 788 333
    • Portugal 800 83 40 38
    • Pays - Bas 0800 022 8608
    • Autres pays
    • Allemagne 0800 808 8300
    • Royaume-Uni 0800 021 1649
    • France 0800 919 130
    • Italie 800 089 854
    • Portugal 1 800 502 220
    • Pays - Bas 0800 022 8608
    • Autres pays

Plan de situation

Calle de Atocha, 83
Madrid 28012
Espagne

COORDONNÉES:

N +40º 24' 41.61" / W -3º 41' 51.39"

Information de contact

Tel: (34) 91 3300500Fax: (34) 91 4201560

tryp.atocha@melia.com

Check-in après 12:00h

Check-out jusqu'à 12:00h

HomeHôtels en EspagneHôtels en MadridTRYP Madrid Atocha Hotel ****

Circuit dans le quartier de las Letras - TRYP Madrid Atocha

Bienvenue à Madrid !

Je m’appelle Maria Alcaide et je fais partie des experts en Culture du TRYP Atocha.

Je vous présente un circuit privilégié dans le quartier de las letras.

Commençons par la Plaza de Santa Ana, véritable cœur du quartier. Ce lieu accueillait le couvent Santa Ana qui a été démoli lors des réformes urbaines de Joseph Bonaparte. D’un côté, il reste deux bâtiments emblématiques : le Théâtre Espagnol, à la place de l’ancienne basse-cour du Prince et l’hôtel Victoria, traditionnellement choisi par les toreros pour s’habiller en habit de lumière avant la corrida. Autour de la place, nous voyons de nombreux bars et cafés, héritiers de la tradition que le Mentidero (le même Café del Principe ayant reçu des rencontres auxquelles participaient Larra ou Espronceda, était là) a donné à cette zone et des brasseries comme La Alemana, qui ont également été visitées par des écrivains célèbres comme Jardiel, Valle Inclan ou Ernest Hemingway.

Nous poursuivons vers la Plaza del Angel, avec le Café Central, temple du jazz dans la ville, et de là, dans la rue de San Sebastian vers l’église San Sebastián. Ses registres montrent les naissances, les mariages et les décès de personnalités de toutes les époques comme Cervantes, Lope de Vega, Vélez de Guevara, Espronceda, Iriarte, Moratín, Benavente ou Bécquer...

Notre attention est attirée par un magasin de fleurs attenant, construit sur l’ancien cimetière de l’église où reposait la dépouille de Lope de Vega, ses ossements ayant disparu à jamais au XIXe siècle.

RUE ATOCHA

Nous sortons rue Atocha, continuons vers le bas pour prendre à droite la rue Costanilla de los Desamparados. À l’angle de cette rue avec Atocha, nous trouvons le bâtiment (très transformé) où la première partie de Don Quichotte a été imprimée, aujourd’hui le siège de la Société Cervantes de Madrid.

Cette rue débouche sur la rue Moratín (Leandro, soit, fils). Un de ses domiciles était dans ce quartier. En traversant la rue Santa María, nous arrivons à la rue Huertas.

Nous poursuivons un peu et tournons à droite, rue Léon. C’est dans ce coin que se trouvait le Mentidero (potinière) des représentants où les acteurs et les écrivains conversaient, critiquaient, trouvaient du travail et se tenaient au courant de toutes sortes de nouvelles.

RUE CERVANTES

Nous continuons un peu jusqu’à la rue Cervantes, ainsi baptisée car une des maisons de l’auteur était là (avant, il vivait rue Huertas et Plaza de Matute). Ironie du sort : c’est un peu plus bas dans la même rue que la maison musée Lope de Vega a été construite sur le terrain de la maison de Cervantes. Lope a vécu ici les dernières années de sa vie, puis elle fut abandonné jusqu’à ce que l’académie royale l’achète et la restaure avec soin. Maintenant, vous pouvez visiter et admirer une vraie maison du XVIe siècle.

RUE LOPE DE VEGA

Dans la rue Lope de Vega, nous voyons le couvent des Trinitaires, où une fille de Lope a prononcé ses vœux et où Cervantes a été enterré. Nous suivons la rue Lope de Vega, jusqu’à la plaza de Jésus, ainsi baptisée car on y trouve la paroisse Jesús de Medinacelli, célèbre image du Christ considérée miraculeuse. La tradition veut que si vous allez trois vendredis de suite embrasser l’image après le premier mars, trois vœux sont accordés, d’où les longues files d’attente formées à cette époque. Toute cette zone appartenait au duc de Lerma qui a vendu et démoli son palais au XIXe siècle pour faire place à la construction de bâtiments emblématiques comme l’hôtel Palace. L’église était à côté de l’ancien palais, également disparue pour laisser la place à l’actuelle, dans les années 20.

Les miroirs déformants de la ruelle del Gato, où Valle-Inclán a vue la tragédie de l’Espagne ont été transformés en grotesque à travers les yeux agonisants de Max Estrella. Les miroirs, qui servent aujourd’hui de réclame à un établissement spécialisé en « patatas bravas », étaient de copies réduites des grands miroirs concaves et convexe, que les enfants et adolescents regardaient pour voir leurs images déformées ressemblant à Quichotte et Sancho.

À deux pas, nous retournons Plaza de Santa Ana, la plus grande place du quartier, cadre privilégié de son principal théâtre, Corral de Comedias (théâtre du siècle d’or), cénacle de conspirations et de fables.

Les plus illustres talents du siècle d’or et de misères vivaient et vivaient pauvrement dans les environs : Félix Lope de Vega, Miguel de Cervantes Saavedra, Francisco de Quevedo et Luis de Góngora.

Réservez votre chambre

Total:
Chambres:
Adultes
Enfants